St-Avold : le grignotage des tours de la centrale continue

Après l’annonce de l’arrêt de la centrale à charbon de Saint-Avold, le démantèlement continue. Deux des tours de réfrigération sont en grignotage. La Direction du site dévoile le nouveau plan d’entreprises autour de la reconversion énergétique.

Depuis le mois d’octobre, des engins grignotent les tours de la centrale à charbon de Saint-Avold. Jusqu’au coucher du soleil, le plan de démantèlement de l’usine continue. Le site de Carling n’aura plus jamais le même visage, à la place des constructions de béton, de nouvelles s’entreprises vont s’implanter. À la place de ces immenses tours de réfrigération, plusieurs projets vont voir le jour, notamment une usine de production d’hydrogène.

L’ancienne centrale à charbon Emile-Huchet était une centrale thermique, mise en service en 1948 et exploitée par GazelEnergie. Le nouveau site de production à hydrogène se chiffre à plus de 400 000€. Il devrait accueillir plus de 600 emplois. De quoi soulager les habitants des communes alentours pour qui la disparition des tours dans le paysage est synonyme de suppression d’emplois.

« J’ai travaillé pendant 9 ans à la centrale, alors de ne plus voir les tours, c’est étrange« , raconte Daniel, un habitant d’Hôpital, la bourgade d’à côté. D’autres passants voient les tours rétrécir jour après jour. Nathalie explique que pour elle : « cela va faire de la place dans le paysage« .

En aout dernier, le ministère de la Transition écologique a autorisé la centrale à tourner une année supplémentaire pour palier la crise de l’énergie. Alors une partie du site est toujours en exploitation. Grâce l’implantation ancienne de la centrale à charbon, les lieux disposent d’une centaine d’hectares, un classement SEVESO et de certifications telles que l’ISO 14001 et l’ISO 45001.

Pour autant, pas question pour la Direction de condamner la zone, les projets pour l’avenir du terrain sont nombreux. Le démantèlement de la zone devrait être terminé début 2024, pour que l’ancienne centrale à charbon de 600 MW trouve un nouvel air énergétique avec l’hydrogène.

plus de contenus du même auteur

Nos derniers reportages