spot_img

Laine de mouton : une ferme de Morsbach en difficulté

Le secteur de la laine est en crise. La qualité de la matière se dégrade, le prix déjà très bas est en baisse et la ferme Sommer en Moselle peine à trouver des clients pour écouler ses stocks.

« On la prend, on peut la secouer, seulement 15% de la paille part. Il faudrait y aller avec la pince à épiler mais mes gars n’ont pas le temps« . Les yeux rivés sur sa laine, Luc Sommer déplore les conditions d’arrivée des balles dans son hangar. De la paille, entremêlée dans les fibres. Voilà le fléau auquel font face les trieurs de laine.

Un des employés de la ferme trie avec attention. « Une balle normalement, je la fais en 30 minutes mais ça peut aller jusqu’à 1h30 si elle est vraiment salle« 

La raison, ce sont les engins motorisés qui dispersent la paille autour des élevages de moutons. Une matière première qui perd de sa valeur dont les acheteurs se font rare. Depuis le Covid, la demande a réduit de moitié. Luc Sommer représente la troisième génération et à l’heure de la passation, il s’interroge sur la perennité de son activité.

—> Découvrez notre reportage sur la transformation de la laine à Bataville

« Cette laine allait surtout en Asie. La chine achetait environ 80% de la production mondiale. Mais ils ont eu des problèmes d’approvisionnement de la viande de mouton chez eux. Donc ils sont allé en Nouvelle Zélande et en Australie et ils ont fait un contrat à la fois pour la viande et pour la laine« , explique l’agriculteur.

Il constate que sa « laine est devenue un sous-produit« , qui n’intéresse plus les acheteurs. Pour composer, les exploitants ont tenté le marché européen. Sans succès.

Son père Eric se bat depuis des années pour des changements drastiques dans la profession… Il milite pour une laine plus propre. L’agricultueur revient sur le label régional MOS-laine destiné à l’isolation comme unique exemple d’initiative des collectivités.

Dans les entrepôts de la propriété des Sommer, les tonnes de laine s’accumulent en attendant de trouver une véritable stratégie internationale pour écouler le surplus de production.

plus de contenus du même auteur

Nos derniers reportages