spot_img

Le FC Metz se complique la tâche à Guingamp

Le FC Metz était en déplacement à Guingamp afin de continuer à accrocher Bordeaux dans la course à la montée. Malgré l’ouverture du score de Georges Mikautadze, les Grenats n’ont pu faire mieux qu’un match nul au stade du Roudourou (1-1).

L’obligation est la même semaine après semaine pour le FC Metz, surtout après la victoire des Girondins de Bordeaux, avec la manière, face à Laval (3-0). Sur la pelouse de l’En Avant Guingamp, les Messins ne repartent qu’avec un tout petit point. Pourtant, Georges Mikautadze a trouvé la faille en première période. Parfaitement lancé par Cheikh Sabaly, Matthieu Udol sert en retrait le numéro 9 qui ajuste d’un plat du pied (1-0, 21e). Un 23e but qui venait mettre Metz dans de bonnes conditions. Du moins, cela aurait pu être le cas dès la 35e minute. Koffi Kouao, dont c’était l’anniversaire aujourd’hui centre et trouve Sabaly, mais sa reprise de volée est repoussée par Basilio sur la barre transversale (35e). Un potentiel break qui aurait changé la tournure du match. Pareil pour la sublime frappe de Mikautadze avant la mi-temps, mais qui fuit le cadre (45e+1). Seulement, au retour des vestiaires, le visage de Metz change du tout au tout. Inefficace, peu engagé, le trou d’air messin a facilité la tâche de Guingamp. Gaëtan Courtet, est bien servi par Muyumba, trompe Alexandre Oukidja à bout portant (1-1, 60e). À l’inverse des Bretons, Metz ne trouve plus la solution dans le jeu et ne se montre que dans les ultimes minutes bien que ce dernier aurait pu encaisser un second but sans le sauvetage miraculeux de Kouao (88e). Au final, Metz fait match nul et est désormais à trois points des Girondins de Bordeaux. Seule une défaite girondine permettra à Metz d’espérer ce qui semble s’éloigner : la montée en Ligue 1. Après la dure défaite du match aller (3-6), l’EAG a clairement été un trouble-fête dans la saison messine.

On a aimé

L’action collective le but messin : Metz en est capable. Sur l’ouverture du score, l’échange entre Sabaly, Udol et Mikautadze montre la capacité du FC Metz à se construire avec aisance certaines actions de but. Malheureusement, ce sera le seul ballon qui aura trompé Enzo Basilio sur ce match.

Le retour de Candé : on le répète depuis le début de saison, mais le replacement de Fali Candé en défense centrale est une excellente décision de la part de László Bölöni. Juste avant la mi-temps, le numéro 5 régale avec un tacle salvateur dans la surface pour sauver son équipe. Nul doute que ce dernier aurait fait sensation du côté de l’Angleterre.

On n’a pas aimé

La seconde période du FC Metz : on pensait que le plus dur était fait avec cet avantage au score à la mi-temps. Pourtant, les Grenats n’ont pas su revenir dans la rencontre en deuxième période, laissant bon nombre de ballons et d’occasions à Guingamp qui ne s’est pas fait parier pour égaliser. Le bilan aurait pu être bien plus grave. C’est bien loin de ce qu’il fallait démontrer dans ce match alors que la Ligue 2 se termine dans deux journées.

L’opération comptable au classement : à deux journées de la fin, Metz pouvait être à un petit point de Bordeaux, qui jouera son match le plus compliqué, sur le papier, face à Annecy. Mais ce match nul vient donner de l’espoir à ce concurrent direct qui peut se permettre de faire match nul, ce qui n’était pas le cas avant ce match. Regrettable.

Crédit photo : site officiel du FC Metz

Emeric Guillaume
Emeric Guillaume
Journaliste Reporter d'Images

plus de contenus du même auteur

Nos derniers reportages