Social : Une première mobilisation dans les écoles avant la grève de jeudi

Une vingtaine de professeurs ont adressé leurs doléances au Directeur académique des services de l’éducation nationale (DASEN). Ils réclament notamment une revalorisation de leurs salaires et de meilleures conditions de travail.

“Je veux des classes à effectif réduit, du chauffage dans les salles de cours et des bus pour transporter les élèves pour qu’ils arrivent à l’heure en cours” 

Agnès Bragard, professeure à Metz.

Des cartes de vœux plutôt surprenantes ont été adressées au Directeur académique des services de l’Éducation nationale et au Ministre de l’Éducation nationale ce mardi 17 janvier… 

Une vingtaine de professeurs étaient réunis à Metz, notamment pour réclamer une revalorisation de leurs salaires, comme Agnès Bragard, secrétaire départementale du SNES-FSU. « Les salaires ont été gelés pendant des années, les personnels enseignants ont perdu énormément en euros constant. Nous voulons un rattrapage », réclame la professeure messine.

Des effectifs réduits 

Mais la question des salaires n’est pas la seule revendication de ces professeurs. Comme de nombreux collègues, Eric Hanriot, professeur de français au lycée Georges de la Tour (Metz), souhaite une réduction des effectifs en classe. « On n’arrive pas à enseigner correctement. En seconde, c’est facilement entre 33 et 35 par classe. Pour nos élèves, ce sont des conditions difficiles… » regrette-t-il. D’après Alain Metzinger, secrétaire départemental Snuipp, le nombre d’élèves par classe est « parmi les plus élevé d’Europe. »

Mobilisés ce jour, une partie des professeurs réclament aussi un départ en retraite à 60 ans. Le Snuipp-FSU prévoit d’ailleurs que 70 % des enseignants parisiens du primaire seront grévistes jeudi 19 janvier, lors de la mobilisation nationale contre la réforme des retraites.

Reportage

plus de contenus du même auteur

Nos derniers reportages