Sans Mikautadze, le FC Metz garde ses valeurs et accroche Reims

Orphelin de Georges Mikautadze, parti durant la semaine à l’Ajax Amsterdam, le FC Metz a décroché, comme face à l’OM, un intéressant match nul à domicile face au Stade de Reims (2-2). Grâce à des bijoux de Cheikh Sabaly, Ablie Jallow et, surtout, une résilience de tous les instants. Les Grenats pointent à la 13e place avant le prochain déplacement à Lens (17 septembre), après la trêve internationale.

Le match d’après. Les questions étaient nombreuses avant ce choc du Grand Est entre Grenats et Champenois. Comment le FC Metz allait-il digérer le départ de son joyau Mikautadze, parti à l’Ajax Amsterdam et titulaire au même moment sur la pelouse du Fortuna Sittard (0-0) ? Quelle animation offensive Laszlo Bölöni allait-il choisir en attendant Oscar Estupiñán, recruté sur le gong en provenance d’Hull City Championship) et pas encore qualifié ? Comment remplacer Maxime Colin et Ismaël Traoré, blessés lors de la victoire à Clermont (0-1) et absents, respectivement pour deux et un mois ?

Diakité répond à Sabaly

Le technicien roumain a sorti de son chapeau le jeune sénégalais Sadibou Sané pour épauler Fali Candé en charnière centrale. Devant, Simon Elisor était aligné en pointe alors que Joël Asoro fêtait sa première titularisation sous ses nouvelles couleurs. Le Suédois va rapidement se montrer à son avantage. Sur une sortie de balle rapide, il se projette rapidement vers l’avant et décale Cheick Sabaly sur la gauche. La suite ne s’écrit pas, elle se vit. Le Sénégalais rentre dans l’axe et déclenche une frappe de l’extérieur du pied droit des 25 mètres qui trouve la lucarne opposée de Yehvann Diouf (1-0, 7e). L’euphorie est de courte durée pour le public messin. Après un ballon gratté par Teddy Teuma face à Kevin N’Doram, Oumar Diakité se joue physiquement de Sabidou Sané devant la surface et expédie lui-aussi un missile qui laisse pantois Alexandre Oukidja (1-1, 17e). Dominé, le FC Metz parvient à se créer une dernière occasion juste avant le repos, mais la tête rageuse de Simon Elisor, sur un excellent centre de la droite de Koffi Kouao, est parfaitement stoppé par le gardien rémois.

Alie Jallow, coaching gagnant

L’entrée en jeu à la mi-tremps de Christophe Hérelle au détriment de Sadibou Sané solidifie rapidement l’arrière-garde messine. Mais Reims trouve la faille sur une action d’école : un une-deux dans la surface entre Mohamed Daramy, puis Oumar Diakité et une frappe croisée du gauche parfaite de Teddy Teuma, le tube de l’été à Reims (1-2, 52e). Menés au score, les Grenats auraient pu sombrer. Mais ils ont décidément des valeurs et un courage énorme. Ils égalisent sur une inspiration géniale d’able Jallow. Blessé depuis le début de la saison, le Gambien sort le Karcher sur son deuxième ballon et nettoie la toile d’araignée de Diouf sur une sucrerie du gauche depuis l’entrée de la surface (2-2, 63e). Malgré une fin de rencontre débridée, les deux formations se quittent dos à dos. Un résultat logique qui leur permet de poursuivre leur série. Place désormais à la trêve internationale. Elle ne sera pas de tout repos pour le bâtisseur Bölöni qui va devoir ériger une équipe digne de ce nom avec les nouveaux arrivants et sans Georges Mikautadze. Premiers éléments de réponse le 17 septembre prochain pour le déplacement à Lens.

On a aimé

Les bijoux de Sabaly et Jallow

Ils ont enflammé le public messin grâce à leur but à couper le souffle qui va passer en boucle sur la Toile. Cheick Sabaly et Ablie Jallow ont sorti le grand jeu en inscrivant de superbes buts depuis l’extérieur de la surface. Le premier n’en est pas à son coup d’essai, lui qui avait déjà égalisé de cette façon à l’OM. Le second lance, lui, sa saison et permis aux siens de prendre un point. Les deux buts rémois valent également leur pesant de cacahuètes avec une lourde frappe pour Oumar Diakité et le nouveau but de Teddy Teuma après une action bien construite.

Les premiers pas des recrues Asoro et Hérelle

Ils étaient forcément scrutés un peu plus que les autres. Arrivés depuis quelques jours, Joël Asoro et Christophe Hérelle ont rendu leur première copie et elle est plutôt prometteuse. Titulaire, le Suédois a amené sa technique et sa vivacité sur son aile droite. Il est à l’origine du premier but messin. L’ancien Niçois et Brestois est, lui, entré en jeu au repos. Bien placé, autoritaire, il a fait le job avec détermination.

Metz ne perd plus face à Reims

Certes le Stade de Reims a longtemps navigué dans les divisions inférieures, mais on pouvait penser que la formation champenoise allait mettre fin à sa malédiction face au FC Metz, contre qui elle n’a plus gagné depuis 1976. Elle devra attendre au minimum un 16e match puisqu’elle en est à 9 défaites et 6 matchs nuls de suite.

On n’a pas aimé

L’accueil du public envers Bernard Serin

Le public messin n’a pas apprécié le départ du roi Georges, une fin de mercato pas vraiment anticipée et l’a fait savoir avec un tifo plutôt salé envers le président Bernard Serin. Les prestations de Christophe Hérelle et Joël Asoro laissent entrevoir de belles promesses et que tout n’a pas été si catastrophique. Reste à savoir si Oscar Estupiñán trouvera rapidement ses marques.

La brouille entre Will Still et Laszlo Bölöni

Quarante ans d’écart entre Will Still et Laszlo Bölöni, le plus jeune et le doyen sur les bancs de la Ligue 1. Entre les deux hommes, le ton est monté en fin de match, le premier reprochant au second de vouloir gagner du temps. C’est ce qui s’appelle la malice et l’expérience… Il a encore pas mal de choses à apprendre le technicien belgo-britanique.

La feuille de match et les notes de la rencontre 

FC Metz 2–2 Stade de Reims

Buts :  Sabaly (7ème) et Jallow (63ème) – Diakité (17ème) et Teuma (82ème) pour Reims

FC Metz : Oukidja (5) – Kouao (6), Sané (4) puis Hérelle (6), Candé (6), Udol (6) – N’Doram (6), Jean-Jacques (5) – Asoro (5), Camara (6), Sabaly (7) – Elisor (4). Entraîneur : Bölöni (7)

Stade de Reims : Diouf (5) – Foket (4), Agbadou (3), Abdelhamid (4), De Smet (4) – Munetsi (5), Matusiwa (5), Teuma (6) – Ito (4), Diakité (6), Daramy (5). Entraîneur : Will Still (6)

Photo : FC Metz
Auteur : Arnaud Demmerlé

Emeric Guillaume
Emeric Guillaume
Journaliste Reporter d'Images

plus de contenus du même auteur

Nos derniers reportages