Rédange : les travailleurs frontaliers veulent préserver la route vers Belvaux 

Un projet de fermeture d’une route à la frontière luxembourgeoise entre Belvaux et Rédange suscite toujours de la colère. Depuis une semaine, une « opération de tractage » de la pétition a lieu sur les routes alentours.

Fin 2023, le Luxembourg annonce vouloir fermer le CR178, entre Belvaux et Rédange, au trafic motorisé transfrontalier afin de favoriser les transports en commun. Une décision à laquelle les travailleurs transfrontaliers s’insurgent.

Début mai, Sandrine Mlodzieniak, une travailleuse transfrontalière, a créé la pétition pour dire non aux fermetures de la route transfrontalières.  

Le gouvernement luxembourgeois veut fermer des routes frontalières pour que les travailleurs transfrontaliers utilisent les transports en commun. Le problème … l’offre n’est pas là.

Sandrine Mlodzieniak

Sur ce point de passage, plus de 4 000 véhicules (voitures, bus …) y passent tous les jours si l’on se fie aux estimations de la mairie de Rédange qui compte environ 1.000 habitants.

Si la route ferme, il va falloir faire un détour de 45 minutes et ça ne serait plus possible de travailler au Luxembourg et d’avoir une vie de famille normale.

Julien Rousseau – Rédangeois et Ingénieur informatique à Belval

Lancée début mai sur le site de la chambre des députés du Luxembourg, cette fameuse pétition aura des effets directs sur le planning législatif du Grand-Duché si elle atteint les 4 500 signatures d’ici le 17 juin prochain.

Si on atteint les 4 500 signatures, il y aura une discussion sur le sujet à la chambre des députés au Luxembourg

Mathias Miranda – Conseiller Municipal à Rédange

De son côté, le ministère de la Mobilité du Luxembourg assure que le CR178 « restera ouvert aux transports publics, aux services de secours et aux cyclistes. »

Retrouvez toute l’actualité de votre territoire du lundi au vendredi à 18 h sur Moselle Info

plus de contenus du même auteur

Nos derniers reportages