spot_img

Pierre Dréossi : « Je veux des joueurs qui veulent aider le FC Metz »

Pierre Dréossi est revenu sur le mercato hivernal du FC Metz dans un entretien pour Graoully Mag sur Moselle TV.

Pierre Dréossi, vous avez déclaré que le bilan du mercato hivernal était satisfaisant à vos yeux. Pouvez-vous développer ?
Je reste surtout sur les mêmes idées que cet été. On essaie de stabiliser cette équipe. D’abord d’en faire une, avec beaucoup de joueurs qui venaient de Seraing, de prêts divers, de blessures… Cette équipe s’est fait un petit peu à la fois et elle est plutôt dans une bonne dynamique depuis un certain temps. Malgré le fait que Metz doit continuer à vendre pour trouver son équilibre financier, on a vendu Kiki Kouyaté, on a gardé la majorité des joueurs qu’on voulait garder. On s’est renforcés par un attaquant… et surtout il y a des jeunes qui, avec le travail de Laszlo (Boloni, ndlr), commencent à arriver donc on a trouvé un équilibre pour faire en sorte de continuer cette belle série.

Un mercato plus satisfaisant sur le côté financier que sportif donc ?
Il est très dur quand on est à Metz de se renforcer. Déjà parce qu’il y a déjà de bons joueurs, ensuite on a réduit le groupe avec des départs comme Niane, comme Bassi, comme Musaba et on voulait encore réduire le groupe pour laisser leur chance aux jeunes. Maintenant on va laisser le temps donner son verdict et j’espère qu’il sera bon.

Metz est sur une bonne dynamique, mais le fait qu’il soit amoindri numériquement est ce que ça ne peut pas créer quelques manques ?
Quand on a pris Ismaël Traoré en début de saison c’était déjà pour anticiper le départ de Kouyaté. On ne s’est pas réveillé au mois de janvier pour dire se dire « qu’est ce qu’il va se passer ? », il a déjà été anticipé. On prend un joueur qui, sur les trois dernières saisons, joue plus de 100 matchs en tant que titulaire en première division. On peut estimer que le départ de Kouyaté est compensé et Traoré prouve en match qu’il peut le remplacer, pas numériquement, mais de par ses qualités et de son aura sur l’équipe.

Est ce qu’il n’y aurait pas un manque malgré tout ? A l’heure actuelle il n’y a que trois défenseurs centraux pour deux places et parmi eux il y a Aboubacar Lô qui n’a joué ses premières secondes en Ligue 2 que récemment.
Je pense que ça fait quatre. Notre réflexion avec Laszlo Boloni c’est de se dire que Kévin N’Doram peut, avec ses qualités, devenir défenseur central. Il pourra s’il le veut et si on en a besoin, jouer à ce poste là. Cette réflexion on l’a eu avant le marché. On sait que Kévin a déjà joué à ce poste là et a toutes les qualités pour dépanner.
On a aussi étudié le calendrier et on se rend compte qu’à partir de la semaine dernière, il n’y a plus qu’un match par semaine. Ce calendrier allégé sur la phase retour nous donne beaucoup d’espoirs. Quoi qu’il en soit, faire pour faire ce n’est pas notre politique.

Le départ de Kiki Kouyaté était inéluctable ?
Non, rien n’est inéluctable. C’était un départ raté cet été et il y a eu une bonne opportunité, pour lui comme pour le club. Il lui restait un an en fin de saison et la réflexion qu’on a eu avec le président, tous ensemble, c’est que s’il devait partir ça serait à un bon prix. C’est important pour l’équilibre du club, ça compte pour moi. On doit créer de la valeur, c’est pour ça qu’on a fait rentrer des jeunes dans l’effectif, c’est pour ça qu’on vend quand on doit vendre, sans penser que c’est un manque d’ambition. C’est simplement qu’une équipe ça se transforme au gré des transferts et il faut faire en sorte qu’elle ne soit pas moins bonne à la fin du mercato qu’au départ mais comme je l’ai dit on veut réduire l’effectif pour que tout le monde soit conscient, présent et actif.

Au rayon des départs, Ibrahima Niane a rejoint Angers. Amiens était sur les tablettes, on a entendu les déclarations de votre homologue à ce sujet… Mais c’était impossible de renforcer un concurrent direct ?
Je me suis expliqué avec John, on se connait depuis longtemps. Il n’a pas aimé la fuite dans la presse… Mais non, il n’y a pas de problème. On ne voyait pas Ibra’ partir dans un club qui est juste derrière nous et qui pourrait se renforcer par l’apport d’un de nos joueurs. Il a trouvé un club de Ligue 1 et on lui souhaite bonne chance. Il était en situation d’échec et on a pris la décision de s’en séparer. Amiens a trouvé un autre avant-centre.

Niane a été remplacé par Xhuliano Skuka… mais comment est ce qu’il a été recruté ?
On a cherché, on a cherché un attaquant et ce n’est pas facile l’hiver, un attaquant qui pouvait renforcer notre équipe. C’est un joueur qui n’est pas encore prêt à jouer en France, il faut le savoir et on le savait. Maintenant on espère qu’il ne mettra pas trop de temps à se préparer. C’est une sorte de pari sur l’avenir. Ce n’est pas dans un an ou dans deux ans, c’est peut être la semaine prochaine mais il va falloir qu’il s’adapte au foot français qui est loin du foot albanais mais il a la grinta et ça va faciliter son adaptation.

Savoir qu’il avait déjà une proximité avec le FC Metz ça a aidé ?
Oui, en tout cas avec la ville de Metz. Il parle français… Il a toutes les armes pour arriver mais pour ce qui est du « quand », c’est toute l’incertitude du football.

Est-ce qu’il y a eu d’autres offres concernant des joueurs de Metz des départs étaient possibles ? On pense à Georges Mikautadze ou Koffi Kouao.
Oui, il y en a eu pas mal. Plus que ça même, oui. Mais on est resté dans notre logique. J’ai dit en début de saison ce qu’on voulait faire, je l’ai redit il n’y a pas longtemps sur votre plateau et on fait ce qu’on a dit. Ce n’est pas le temps des soldes. On essaie de structurer cette équipe, lui donner du corps et ça prend un peu de temps, il faut garder ces joueurs. On a refusé beaucoup de contacts et d’offres, plus d’intérêt que chiffrées, mais c’est sûr qu’on était pas ouverts à beaucoup de changements.

Le changement ça va passer par cette fin de saison avec un retour en Ligue 1 ou non. C’est compliqué de travailler sur le long terme avec cette incertitude ?
C’est toujours compliqué. C’est compliqué si on reste en Ligue 2, ça sera très compliqué si on accède en Ligue 1 mais je préfère travailler dans une situation très compliquée, vous me suivez. C’est un autre monde la Ligue 1. Elle est encore en train d’évoluer, le passage à 18 va encore complexifier la chose mais ce sont de bonnes complications et sincèrement je connais mieux le marché de la Ligue 1 que de la Ligue 2. Si on monte en Ligue 1, on sera prêts. Ne vous inquiétez pas.

On peut estimer que le FC Metz se donne les moyens de ses ambitions pour cette remontée ?
C’est un championnat difficile et Metz se bat avec 4 ou 5 équipes pour rattraper ces deux petites places pour la Ligue 1. On est pas loin, on est revenus de très loin mais on est pas loin. Chaque match est un combat et la marge que l’on a n’est pas énorme pour lancer des ambitions. On se tient à nos projets de début de saison tout en sachant qu’on est pas les seuls à avoir ces ambitions, ces rêves et ces moyens.

Le FC Metz est revenu après avoir été en mauvaise posture en début de saison, ça va mieux à présent. Cette révolution de l’intérieur, dont parlait Laszlo Boloni, passe par les jeunes. On pense à Arthur Atta qui a signé professionnel il y a peu de temps.
Non ce n’est pas se baser sur les jeunes. On suit ce qu’on a dit. Le groupe a été réduit, ça redonne de l’oxygène et les jeunes peuvent arriver. Il y a beaucoup de travail pour que Atta arrive. Pourquoi il n’est pas arrivé avant ? Pourquoi on en a jamais entendu parler ? Pourquoi d’autres vont arriver ? C’est le fruit d’une politique sportive et j’en suis content. C’est logique.
Il y a Arthur et je suis presque sûr que d’autres vont arriver. En raison du travail effectué et parce qu’il y a de la place. On aura des joueurs qui ont envie d’aider le FC Metz et c’est ça que je veux. Pas seulement assouvir les ambitions individuelles de chacun, comme je pense que c’était le cas il n’y a pas si longtemps…

Certains joueurs arrivent en fin de contrat, on pense à Alexandre Oukidja ou Cheikh Sabaly, ce sont des joueurs que vous voulez prolonger ?
Ce sont des dossiers quasiment bouclés. On donnera une décision très très vite. On a fait en sorte que chacun soit content d’être au FC Metz et que le FC Metz soit content de chacun. Si on arrive à ça on aura des résultats supérieurs aux moyens engagés.
Pendant ce mercato il y a trois joueurs de Génération Foot qui vont arriver, trois joueurs qui ont signé leur premier contrat pro. Ils ont joué la CHAN (Championnat d’Afrique des Nations, ndlr) et gagné la CHAN. Un milieu de terrain et deux attaquants. Ces joueurs qui vont nous rejoindre dans quelques jours ou quelques semaines, le temps que les papiers adéquats soient en ordre. C’est aussi un renfort, ces joueurs vont nous apporter leur dynamique, leur jeunesse et quand je vois la qualité qu’ils ont montré pour la CHAN, je sais qu’ils vont nous renforcer.

Pour plus d’informations de d’analyses sur le FC Metz, rendez-vous dans le Graoully Mag.

Entretien réalisé par : Emeric Guillaume et Matthieu Henkinet
Crédit photo : Let’s Go Metz (archive)

Matthieu Henkinet
Matthieu Henkinethttps://www.moselle.tv
Chargé de communication de Moselle TV Présentateur de l'émission Dragonnes Mag

plus de contenus du même auteur

Nos derniers reportages